UNIDIVERS.FR

Everybody’s Perfect – Geneva international queer film festival
. Maison des arts du Grütli, Genève .

 

Everybody’s Perfect – Geneva international queer film festival, du vendredi 8 octobre au dimanche 17 octobre à Maison des arts du Grütli.
Cinéma, musique, bande-dessinée, performance, concert, rencontres et dédicaces aux couleurs de l’arc-en-ciel

Premier en Suisse romande, le festival Everybody’s Perfect traite, depuis sa création en 2010, des minorités LGBTIQ+ Chaque année en octobre aux Cinémas du Grütli, à Genève, Everybody’s Perfect se déploie sur 10 jours, articulés autour des grands thèmes liés aux minorités LGBTIQ+ ; avec un point fort : les soirées de discussion et rencontres, en présence d’experts.es des questions soulevées, avec le soutien et la collaboration de nos partenaires, associations et institutions, locales et internationales.

Le cinéma inclut tous les arts, et au sein d’Everybody’s Perfect, il flirte avec ceux-ci… Entre performances, expositions, ateliers et soirées festives, le festival libère les expressions et permet à chacun.e de partager ses ressentis et de confronter ses identités. L’organisation du festival de cinéma Everybody’s Perfect est fière de présenter le programme de sa 8e édition. Un événement ouvert à tous les publics amoureux des salles obscures. Nos longs-métrages vous promettent du souffle, des secousses et des x-s-heroes, comme autant de figures inspirantes. Cette édition mêlera projections, discussions avec des invité·x·es, événements, expositions, cabaret, queeraoké, fêtes et autres surprises telles que flash-tattoo ou selfies spéciaux.

Dix jours durant, les arts y seront à l’honneur: musique, bande dessinée, photographie… Et le cinéma, bien sûr. Un cinéma qui se distingue par sa qualité artistique. Qui s’affiche lesbien, gay, bisexuel, trans*, intersexe, queer et +. Qui a vocation à nous fait vibrer, qui que nous soyons. «Le cinéma, c’est plus grand que la vie. Et nous voulons être au moins aussi grands que ça», résume Sylvie Cachin, directrice d’Everybody’s Perfect.

Les films sélectionnés cette année l’ont été pour leur regard, leur qualité esthétique, leur poésie des images, leur pouvoir à transcender toutes les réalités. Notre conseil serait de ne rater aucun film. Et surtout pas des pépites telles que Instructions for Survival, de notre série x-s-heroes. Une leçon de dignité, bouleversante par sa force face à l’intolérance la plus crasse. Alexander est un homme trans et a dû fuir sa Géorgie natale avec sa compagne, Mari. Plutôt que l’asphyxie, le couple a fait un choix. Celui de la fuite. Celui de la vie.
Miguel’s War emmène notre regard de Beyrouth à Madrid, de la guerre civile à la Movida. Miguel a enfoui beaucoup de choses au fond de sa mémoire: aux traumas de la guerre s’ajoutent l’homophobie et la xénophobie. Mais il suit son chemin vers la lumière. Une exploration profondément humaine.
Notons encore Petite Nature, qui explore l’émergence des possibles. Quel horizon pour Johnny, 10 ans, introverti, coincé dans la famille dont il est le cadet? Il suffira d’une bonne rencontre, celle avec un nouvel enseignant, pour que tout bascule, que la puissance d’une vie à soi devienne possible.

Deux thématiques étofferont le festival, en plus de la programmation de longs et courts-métrages:

1. « Champs d’amours – 100 ans de cinéma arc-en-ciel » Exposition et deux conférences avec Didier Roth-Bettoni, co-commissaire. Hommage à l’exposition qui s’est tenue à l’Hôtel de Ville de Paris en 2019, et qui a accueilli plus de 50’000 visiteur·x·ses, à retrouver sur les murs du Phare, rue Lissignol. Ou quand le cinéma se fait éternel passeur d’histoire, d’émotions et d’humanité.

2. La musique LGBTIQ+
. Les dessous lesbiens de la chanson : film, concert de Sophie Solo et rencontre avec Léa Lootgieter et Pauline Paris, co-autrices du livre éponyme. Concert. Le tout suivi d’un queeraoké et DJ set. La culture musicale française fourmille de dessous lesbiens, dévoilés à travers 40 chansons de 1920 à nos jours. Suzy Solidor, Barbara, Brigitte Fontaine… jusqu’au Club Dorothée. Même frappée d’opprobre, niée, clandestinisée, l’homosexualité féminine a fait son chemin et trouvé ses voix.
. Musique et transidentités au cinéma. Table-ronde avec Elise Escalle-Dyachenko, Charlie Fabre, Nath Gaisnon et Samantha Plétant. Le tout suivi d’un cabaret queer (lors de la fête d’ouverture à La Gravière, Genève).

Les invité·x·es
Les artistes demeurant le cœur vibrant des arts, notre festival leur fait la part belle et vous invite à les rencontrer au cours de leur séjour à Genève. Iels sont nos mediums, nos passeur·x·euses de luttes. La liste complète de ces personnalités saillantes figure dans notre programme. Parmi lesquelles: Eliane Raheb, réalisatrice libanaise du film Miguel’s War, narratrice créative et au regard acéré. Thiessa Woinbackk, actrice brésilienne du film Valentina, youtubeuse aux 50 millions de vues, elle milite pour les droits des personnes trans* et l’acceptation de soi auprès des adolescent·x·es LGBTIQ+.

Pour aller plus loin… Pour les personnes qui s’interrogent sur la non-binarité et à la réalité derrière les termes gender-fluid, agenre ou encore genderqueer, il reste un événement à ne pas manquer: la rencontre « Non-binarité en lumières », le 10 octobre à la Maison des arts du Grütli.

Voilà donc, autant de raisons de vous pencher sur ces dix jours d’exception. Ils seront l’occasion de mettre en valeur des parcours forts, des histoires intimes, des films marquants, parfois subversifs. Et reflétant, toujours, un certain esprit du temps. L’organisation du festival se tient à votre disposition et se réjouit de vous accompagner pour toute demande liée à l’un ou l’autre traitement journalistique, lors du festival ou en amont.

de 8.- à 15.- chf

Everybody’s Perfect traite des minorités LGBTIQ+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Transgenres, Intersexes et Queer). Everybody’s Perfect se déploie sur 10 jours. Cinéma, musique, rencontres, etc.

Maison des arts du Grütli, Rue du Général-Dufour 16, 1204 Genève