Amours imaginaires ? / DISCUSSION COLLECTIVE

Synopsis

Au coeur d’Everybody’s Perfect sont les récits des personnes LGBTIQ+, récits de vie, d’envie, d’identité et d’amour, autant d’enjeux intimes, culturels et politiques. Autant d’expériences, de désirs et de corps divergents. Si les écrans du festival portent les voix qui clament et réclament d’autres histoires depuis les marges, c’est dans la salle que nous invitons le public à prolonger ces narrations. Le dialogue est ouvert avec nos invité.es, auteur.es et passeur.ses de chroniques amoureuses habituellement invisibilisées ou oubliées.

Dans l’ambiance d’un «café-philo», nous mettrons en question nos conceptions des relations amoureuses, en tant que société et individus. Quelles représentations socio-culturelles nous ont influencées? Quelles hiérarchies véhiculent-elles? À quels fondements tenons-nous, de quelles pressions souhaiterions-nous être libéré.es? Après avoir écarté les injonctions à l’hétéro-normativité, comment vivre entre nos propres limites et nos propres rêves?

En explorant ensemble la construction de nos imaginaires romantiques et érotiques personnels, nous espérons encourager la compréhension et l’acceptation de soi et des autres, célébrer la diversité des identités, des relations, des pratiques sexuelles et peut-être élargir le champ des libertés pour tous.tes

Details

Durée 90 min

Entrée libre

Un événement conçu et réalisé avec Joséphine Gut, étudiante en master en Études genre de l’Université de Genève

Avec le soutien du Fonds Universitaire Maurice Chalumeau

SAMEDI 10 OCTOBRE 17h

INVITÉ·ES
Cookie Kalkair, Elsa Hebert et Cristina Rodriguez,
co-auteur.es de la bande-dessinée « 50 questions sur le Polyamour » et du blog Holy Poly Macaroni

Douce Dibondo et Anthony Vincent, journalistes et co-animateur·rice du podcast Extimité

Achetez vos billets

Il ne reste que quelques places ! Complet !

Au coeur d’Everybody’s Perfect sont les récits des personnes LGBTIQ+, récits de vie, d’envie, d’identité et d’amour, autant d’enjeux intimes, culturels et politiques. Autant d’expériences, de désirs et de corps divergents. Si les écrans du festival portent les voix qui clament et réclament d’autres histoires depuis les marges, c’est dans la salle que nous invitons le public à prolonger ces narrations. Le dialogue est ouvert avec nos invité.es, auteur.es et passeur.ses de chroniques amoureuses habituellement invisibilisées ou oubliées.

Dans l’ambiance d’un «café-philo», nous mettrons en question nos conceptions des relations amoureuses, en tant que société et individus. Quelles représentations socio-culturelles nous ont influencées? Quelles hiérarchies véhiculent-elles? À quels fondements tenons-nous, de quelles pressions souhaiterions-nous être libéré.es? Après avoir écarté les injonctions à l’hétéro-normativité, comment vivre entre nos propres limites et nos propres rêves?

En explorant ensemble la construction de nos imaginaires romantiques et érotiques personnels, nous espérons encourager la compréhension et l’acceptation de soi et des autres, célébrer la diversité des identités, des relations, des pratiques sexuelles et peut-être élargir le champ des libertés pour tous.tes