D

LM

CM

E

I

Miguel Jelelaty

Protagoniste du film Miguel’s War

Né à Madrid, il a grandi à Beyrouth, mûri à Paris puis a cru trouver un semblant de normalité à Barcelone. Guide touristique, professeur de langues et barman dans le passé, il est actuellement interprète de conférence multilingue et professeur universitaire. Il a étudié le violon, la guitare classique, la flûte traversière, le piano et le chant lyrique pendant de longues années mais il ne se rappelle plus de rien. Son souhait est de mourir entouré de chats sur une île grecque.

Eliane Raheb

Réalisatrice du film Miguel’s War

Née au Liban en pleine guerre civile, Eliane étudie le cinéma à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, à La Femis et à Paris 8. En 1999, elle fonde Beirut DC, une association culturelle pour soutenir et promouvoir le cinéma libanais. Depuis 2002, elle réalise des films documentaires, notamment, en 2008, Hayda Lubnan (Ceci est le Liban) qui reçoit le prix d’excellence au festival de Yamagata. Dès lors, ses longs-métrages documentaires vont faire le tour des festivals et recevoir nombre de récompenses : Layali Bala Noom – Nuits sans sommeil (2012) et Mayyel Ya Ghzayye – Âme qui vive (2017), puis Miguel’s War, Teddy Award du dernier festival de Berlin.

Élise Escalle-Dyachenko

Intervenante de la table ronde « Musique et transidentités au cinéma »

Enseignante et doctorante à Nanterre en philosophie de l’art, Élise est aussi chargée de cours en études genre à Genève. Dans sa thèse, elle étudie les enjeux de visibilité, les obstacles rencontrés et les stratégies mises en œuvre dans leurs carrières, pratiques et créations musicales par les personnes trans au XXe siècle, principalement en Europe. Elle est l’autrice de plusieurs articles universitaires sur la musique et la cocréatrice de la zine Une playlist transféministe pour explorer le temps musical avec Nath Gaisnon.

CHARLIE FABRE

Intervenant de la table ronde « Musique et transidentités au cinéma »

Militant trans’, Charlie œuvre notamment pour les droits des personnes LGBTIQA+ et contre les violences sexistes et sexuelles. Il est l’auteur d’un mémoire sur les représentations trans’ au cinéma dans lequel il explique que celles-ci existent sous le prisme d’un regard ciscentré. En 2020, il cofonde Représentrans, un collectif qui lutte pour une meilleure représentation des personnages trans’ à l’écran et pour davantage d’inclusion des personnes trans’ dans le milieu audiovisuel.

Nath Gaisnon

Intervenante de la conférence « Musique et transidentités au cinéma »
 

Passionnée de littérature, Nath l’est également de musique et trouve de temps en temps à lier les deux en écrivant ou traduisant des fanzines à propos d’artistes qui l’inspirent. Elle a également collaboré avec Élise Escalle-Dyachenko à l’élaboration d’une playlist transféministe pour explorer le temps musical dans le cadre de l’édition 2019 du Festival Arts et Création Trans (FACT) à Lyon.

Samantha Plétant

Intervenante de la conférence « Musique et transidentités au cinéma »

Après un apprentissage autodidacte de la musique (chant, clavier et mixage) puis au sein de divers conservatoires, Samantha ressent une attirance prononcée pour le rapport entre la musique et le cinéma. L’envie de raconter des histoires, de créer une forme de récit en musique. Dès 2018, elle conçoit la musique de courts-métrages étudiants, puis réalise les musiques originales de documentaires. Aujourd’hui, elle souhaite partager son début d’expérience en tant que personne non-binaire dans le milieu du cinéma.

Léa Lootgieter

 

Alliant sa profession de journaliste culturelle, sa passion pour les archives et son expertise sur les questions de genre et les sexualités, Léa œuvre depuis plus de dix ans pour la visibilité des lesbiennes d’hier et d’aujourd’hui. Elle a notamment coproduit les émissions radiophoniques de Gouinement Lundi, cofondé la revue Well Well Well, été vice-présidente de Sos Homophobie et coprésidente de l’Association des journalistes LGBT. Historienne de l’art de formation, elle est actuellement responsable de la rubrique musées de News Tank Culture.

Sophie Solo

Chanteuse lors de  la séance Les dessous lesbiens de la chanson

Née à Genève, Sophie est chanteuse et instrumentiste autodidacte. Elle commence par se produire dans les bistrots carougeois et genevois avec le répertoire des chanteuses réalistes. Puis, elle interprète des auteur·es qu’elle affectionne particulièrement : Anne Sylvestre, Véronique Pestel, Allain Leprest, etc. En juin 2017 paraît Pas de Bouche, un carnet de textes, de dessins et un CD composés de ses propres chansons. En juin 2019, elle sort son deuxième CD CoeuRecommencé.

Pauline Paris

Co-autrice du livre Les dessous lesbiens de la chanson

Autrice-compositrice et interprète, Pauline a sorti trois albums de chanson française, depuis 2006 et elle tourne régulièrement en France et en Allemagne. Son credo : mêler la chanson à d’autres arts. Elle a mis en musique Treize poèmes de la poétesse lesbienne Renée Vivien dans un livre-CD illustré. Elle a également cofondé le festival Zinzinc qui rassemble croquistes et artistes itinérant·es dans les bistrots parisiens. Enfin, elle intervient dans le théâtre musical jeune public en tant que comédienne et créatrice de chansons.

Thiessa Woinbackk

Actrice du film Valentina

Née à Catalão, au Brésil, Thiessa est une femme trans qui vit désormais à São Paulo. Diplômée en biologie, elle se produit pendant trois ans au sein d’une troupe de théâtre dans sa ville natale avant de décrocher son premier rôle au cinéma, dans Valentina. En parallèle, elle crée en 2016 la chaîne Youtube « Thiessita » dont le succès est grandissant : plus de 790 000 abonné·x·es et 50 millions de vues. Elle est ainsi activiste pour les droits des personnes trans* et publie des vidéos sur des thèmes tels que les droits civiques, la beauté et l’importance de l’acceptation de soi auprès des adolescent·x·es LGBTIQ+.

Yana Ugrekhelidze

Réalisatrice du film Instructions for Survival

Née à Tbilissi, en Géorgie, Yana entreprend d’abord des études de traduction avant d’être diplômée en communication à Düsseldorf, puis en cinéma et animation à l’Académie des Arts de Cologne. Ses deux premiers films Summer Story (2017) et Armed Lullaby (2018), courts-métrages d’animation, ont été présentés dans de nombreux festivals et souvent primés. Ils portent déjà les thèmes de la survie en milieu hostile, des violences humaines et de l’exil. Instructions for Survival est son premier long-métrage.

Léonard Vuilleumier & Korlei Rochat

Co-réalisateur·rice et co-scénaristes du film Ceux qui désirent se connaître

Korlei et Léonard ont grandi à Lausanne et achèvent leur bachelor en réalisation cinéma à l’École Cantonale d’Art de Lausanne (ECAL) en 2019, avec leurs court-métrages respectifs : Suze et Dans ces rues. En 2020, le film Ceux qui désirent se connaître est leur première collaboration et rassemble une équipe de talents suisses émergents : chef opérateur, acteurs, monteur, etc. Un nouveau projet de court-métrage les réunit depuis l’été 2021.

Youssef Youssef

Réalisateur du film Supreme
 

Suisse né au Caire, Youssef grandit à Genève et passe son adolescence en Egypte. Après une licence en HEC et un master en socio-économie à l’Université de Genève, il obtient un second master en communication de la mode à la Central Saint Martins de Londres. Depuis 2018, il étudie le cinéma à la HEAD-Genève (Haute École d’Art et Design) réalise son premier court-métrage Pink Pink (2018), puis Queens (2020) : abordant déjà les thèmes de l’identité, du genre et de la sexualité.

DRUE

Protagoniste du film Supreme et performeuse de la soirée de clôture

Née de la Lune, et ayant grandit au soleil, c’est sur scène que Drue touche le ciel. C’est dans les films d’Almodovar qu’elle découvre le drag, puis dans les nuits de Lyon et de Montréal qu’elle les rencontre. Mais c’est à Genève que pour la première fois, en les voyant performer elle se dit: « moi aussi ! ». Elle débute alors dans une troupe genevoise, avant de prendre son  envol en organisant des Brunch Drag, ainsi que des Karaoke Drag, notamment Chez Jean-Luc. Le bruyant est de retour : Majestic Karaoke.

Didier Roth-Bettoni

Auteur des conférences « Champs d’Amours« 
invité à la discussion suite au film Caravaggio
et co-commissiaire de l’exposition « Champs d’Amours« 

Journaliste et historien du cinéma, Didier collabore à de nombreux titres de la presse culturelle et de la presse gay. Spécialiste des représentations de l’homo­sexualité, ancien directeur de Chéries-Chéris, le festival de films LGBTIQ+ de Paris, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur ces questions, dont L’homosexualité au cinéma (2007), Le cinéma français et l’homosexualité (2009), Sebastiane ou saint Jarman, cinéaste queer et martyr (2013) et Les années sida à l’écran (2017). Il a produit en 2018 pour France Culture une série de quatre documentaires « Quand la création rencontre le sida », ainsi que « Derek Jarman, cinéaste queer ».

EKIVOCK

Intervenante de la rencontre « La non-binarité en lumières« 

L’association Ekivock est un projet né en juin 2020 visant à rassembler la communauté non-binaire en Suisse romande. Suite à la création de plusieurs rassemblements, le projet devient une association à proprement parlé le 16 octobre 2020. Elle organise régulièrement des rencon­tres, des groupes de parole et participe activement à divers événements LGBTIQ+. Plusieurs personnes d’Ekivock viendront échanger sur scène lors de la discussion « La non-binarité en lumières ».

RYAN HARMAN & CRAIG HUNTER

Co-réalisateurs du film « Fort« , dans la série de courts-métrages Caresse et dévore!

Basés à New-York, Ryan et Craig réalisent avec Fort leur premier film. L’un possède un diplôme d’architecture et a travaillé dans le domaine de l’art contemporain, l’autre a étudié la littérature anglaise et l’écriture avant de se concentrer sur l’art textile, la peinture et l’illustration. Des profils passionnés pour un début au cinéma intense.